Skip to main content

Le magazine What's up doc revient sur la "Session Santé Connectée" de Ad Scientiam

Le magazine What's up doc a publié un article sur la "Sessions Santé Connectée" organisée par Ad Scientiam, où la startup a annoncé la première étude en France avec le ResearchKit d'Apple.

What’s Up Doc est le magazine sur les carrières médicales qui offre aux jeunes médecins, aux chefs de cliniques/assistants et aux internes une information claire, gratuite et objective sur leur choix professionnels.

Lire l'article sur le site What's up doc

 

Mercredi matin, c'était Session Santé Connectée à l'hôpital de la Salpêtrière. What's up doc y était.

Ad Scientiam a présenté sa nouvelle appli en développement : une aide à la recherche pour la sclérose en plaque, en se basant sur le fonctionnement duResearch Kit d'Apple.

Mais le Research Kit, qu'est-ce que c'est ? C'est un programme open source qui permet de développer des applis d'aide à la recherche médicale, aux Etats-Unis. Une "boîte à outil pour la recherche", selon Cécile Monteil, directrice médicale chez Ad Scientiam. Ainsi, on peut créer des applications que le patient va utiliser de chez lui : il télécharge l'appli, donne son consentement directement avec son iPhone, et peut répondre à des questionnaires, recevoir des tâches à effectuer, le tout à distance.

Etant donné la facilité d'installation et d'utilisation de l'application, les études américaines qui en ont fait usage ont gagné un nombre considérable d'inclusions.

Ad Scientiam a ainsi utilisé ce programme pour développer sa propre appli, qui sera appliquée à la recherche sur la sclérose en plaques.

Un des deux tests de suivi de la maladie, MSFC, chronophage en consultation, est intégré directement dans l'appli et donc dans son smartphone. "C'est simple d'utilisation, les données sont de bonne qualité, et on s'affranchit du papier", vante Cécile Monteil. L'appli made in Ad Scientiam aura par ailleurs des avantages par rapport aux applis "classiques" développées avec le Research Kit : on prévient le patient par une notification lorsqu'il doit remplir un questionnaire, les inclusions sont contrôlées car n'importe qui ne peut pas utiliser l'appli, contrairement aux versions américaines. Et l'appli sera disponible sur iPhone et sur Android.

Des essais cliniques sont en cours, programmés jusqu'au 30 avril 2016, sur 30 patients à la Pitié Salpêtrière, pour tester l'application.

Dernières nouvelles

No news available.