Skip to main content

Les Echos Business : Ad Scientiam

Ad Scientiam : la technologie au service de la recherche

Lire l'article des echos Business

Les chercheurs en rêvaient, Ad Scientam l’a fait. Cette start-up a mis en place un système de recueil de données cliniques précises… au moyen d’un smartphone.

 

D’autres avaient déjà eu l’idée. Mais ce sont eux qui l’ont concrétisée. Eux, ce sont Benjamin Pitrat et Liouma Tokitsu, un médecin et un ingénieur. En septembre 2013, ces deux têtes pensantes ont lancé Ad Scientam – “vers la connaissance”, en latin –, une start-up que s’arrachent les chercheurs de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris.
Que propose-t-elle ? La possibilité de recueillir au moyen d’un smartphone, auprès de patients souffrant de maladies chroniques telles que le cancer ou maladies respiratoires, un certain nombre de données pour des études scientifiques en temps réel

Recueil de données fiables

Finis les renseignements illisibles griffonnés par les patients ! « Ils sont généralement peu fiables car remplis à la va-vite dans la salle d’attente, juste avant de voir le médecin », regrette le docteur Pitrat. Face à ce constat, il a eu l’idée de développer une application simple d’utilisation qui permet de suivre l’évolution de l’état de santé du malade depuis le moment où apparaissent les premiers symptômes. Celui-ci enregistre sur son smartphone ce qu’il ressent, ses douleurs, les prises de médicaments… Un outil qui garantit l’anonymat et rend infalsifiables les données recueillies. Lesquelles données seront ensuite étudiées par les scientifiques.
« Ceux-ci nous le disent : “Vous mettez enfin en place ce qu’on a toujours rêvé de faire. Mais on manquait de moyens” », plaide Liouma Tokitsu. Pour développer leur projet et acquérir une légitimité, la garantie scientifique était primordiale. Tous deux ont donc sollicité l’appui de plusieurs chercheurs, dont le professeur Jean-Christophe Corvol qui leur a proposé d’intégrer l’incubateur de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), au sein de la Pitié-Salpêtrière. Un environnement idéal car proche des scientifiques.

L’intérêt du privé

Actuellement en phase de commercialisation, l’application, intéresse également les laboratoires pharmaceutiques et les sociétés d'épidémiologie. « Il est important de nous ouvrir au privé. Car l’argent récolté permettra de financer la partie “recherche et développement” du secteur public et donnera aux chercheurs la possibilité d’avoir accès à de nouveaux outils », souligne Benjamin Pitrat.
Voilà donc un beau mariage entre la recherche et la technologie au service de la santé

L'avis  : 
Ad Scientam a reçu le prix Cré’ACC Ile de France, Catégorie “Entreprises de moins de 6 mois”. L’avis du jury sur la start-up ?"Voici un projet qui allie la technologie et la science au service da la santé au moyen d'un smartphone. Nous avons senti la passion qui anime les deux entrepreneurs et leur désir de concrétiser un projet utile pour la science et la société » (Valérie Lapierre, EBP, membre du jury Cré’ACC édition 2013)

Dernières nouvelles

No news available.