Skip to main content

Innovation collaborative

Chez Ad Scientiam, nous pensons que l'innovation ne peut pas venir d'une startup seule mais d'un écosystème. Notre rôle est d'initier le mouvement entraîner patients, chercheurs, médecins et industriels dans une dynamique d'innovation.

 

Notre écosystème 

Ad Scientiam est nichée au cœur du plus grand hôpital d’Europe : la Pitié-Salpêtrière. Dans un rayon de 200m se trouvent les plus grands spécialistes de chaque pathologie.

Nous avons la chance d'être installés à l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière (ICM). 
A l'étage voisin, se trouve le Centre d'Investigation Clinique (CIC) où des patients peuvent être accueillis dans le cadre d’essais cliniques. 
Ainsi, notre équipe travaille au quotidien avec les patients, les médecins, et les chercheurs. 

Ad Scientiam est le moteur de cet écosystème stimulant, en organisant régulièrement des événements tels que des visites de l’incubateur, les Ateliers Mobiles, les Sessions Santé Connectée.

 

Process d'innovation

Nos projets de R&D naissent d'une étude de la littérature scientifique et d'échanges avec les cliniciens et chercheurs spécialistes de la pathologie. Une étude clinique de faisabilité est souvent pratiquée pour valider le concept.

Le patient est impliqué dès les premières étapes de conception d'une solution. L'expression de la valeur qu'il perçoit est essentielle pour concevoir une solution réellement utile. Il participe à la création des interactions qui garantiront que notre solution sera utilisée dans la durée.

La même démarche est effectuée auprès des médecins, qui sont également des utilisateurs de nos solutions, afin de développer des outils adaptés aux problématiques médicales et propres à améliorer les parcours de soins.

Après avoir élaboré un premier prototype, l'innovation collaborative s'étend à l'ensemble des régions / pays concernés pour prendre en compte la variété des pratiques médicales. 
A titre d'exemple, notre programme dans la sclérose en plaques a impliqué 30 cliniciens dans 20 hôpitaux français. La majorité des associations de patients a également été impliquée et plus de 30 patients ont été interviewés individuellement (en plus des nombreux focus groups).